« La mise à mort du cerf sacré »

Nicole Kidman,

Les acteurs de La mise à mort du cerf sacré.

 

Hier, pour la sortie du film The Killing of a sacred deer, « La mise à mort du cerf sacré »  de Yorgos Lanthimos, Nicole Kidman, Colin Farrell, Alicia Sivertstone, Raffey Cassidy, Barry Koeghan et Bill Camp ont foulé le tapis rouge du Festival plus beaux que jamais!

 

Colin Farrell dans le rôle de Steven

Colin Farrell dans le rôle de Steven

 

En effet, ce lundi 22 mai, a été projeté The Killing of a sacred deer, étant dans la compétition officielle. Le thriller américain raconte l’histoire d’une famille dont le père, chirurgien, décide de prendre sous son aile un jeune, Martin, qui s’immisce progressivement dans la vie de la famille jusqu’à conduire Steven, le père, à un sacrifice inimaginable…

Ce qui nous rappelle inévitablement le film culte de Stanley Kubrick, sorti en 1980…

The shining de Stanley Kubrick (1980).

The Shining de Stanley Kubrick (1980).

Steven (Colin Farrell) travaille dans un hôpital aux murs blancs, illusion d’un monde à part, insensibilisé. Par moment, l’hôpital est également filmé de la même façon que l’hôtel Overlook (The Shining)

Extrait du film "Mise à mort du cerf sacré"

Extrait du film « Mise à mort du cerf sacré« 

Coté stylistique, tout a été conçu pour rendre l’atmosphère de l’hôpital très oppressante: un plan aérien sur un escalator qui n’en finit pas, de longs couloirs froids, et se ressemblant tous ou encore des travellings rendant interminables les couloirs. La maison des Murphy n’est pas en reste avec sa vaste cave seulement occupée d’un billard, ainsi que ses chambres immenses et collées.

Ce long-métrage est un mixte entre un humour décalé mais également d’un film d’épouvante. La crainte vient tout d’abord du fait que l’histoire tourne autour d’une famille « parfaite » que les circonstances vont détruire. Comme dans The Shining, au fur et à mesure que l’histoire continue, cette famille se divisera et deviendra de plus en plus individualiste. Fini, la famille « parfaite »…

De plus, s’ajoutant à l’ambiance perturbante, cette famille semble être « maudite »: nous ne savons pas pourquoi le malheur s’abat sur cette famille… L’ignorance de l’origine de cette malédiction par les médecins, tend le film sur le fantastique. Si dans le film de Kubrick, nous ne comprenons pas comment Jack Nicholson devient fou, il est de même pour l’adolescent du film.

 

Barry Koeghan dans e rôle de l'adolescent glaçant.

Barry Koeghan dans e rôle de l’adolescent glaçant.

Comme Kubrick avait su rendre les jumelles de Shining terrifiantes hantant les couloirs de l’hôtel Overlook, Lánthimos arrive à faire d’un ado mystérieux, quelqu’un de terrifiant. Comment Lanthimos l’a-t’il rendu froid ? Le personnage parle peu, lentement et sa présence est longue et perturbante. La scène où ils mangent ses spaghettis crée une tension dû à son attitude et nous savons que quelque chose d’étrange se prépare…

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*