Affaire à suivre : La créatrice de bijoux Nathalie Kann contre Un2Plus

1625603_817749784917791_2009763888_nNathalie Kann contre Un2Plus547340_727394290620008_2001250988_n

Avec l’accord de la créatrice Nathalie Kann.

C’est l’histoire d’une créatrice nommée Nathalie Kann. Pendant 4 ans, elle enfile des perles et crée sans relâche. Une passion est née.

1459140_1417440668510020_1043177682_n (1)Ces bracelets en cuir et en perles d’argent sont magnifiques et se vendent comme des petits pains aux copines, mais difficile pour elle d’élargir son réseau et de créer en même temps.

Puis, ce fut une aubaine lorsqu’une cliente/amie (dont le mari est investisseur), séduite par ses créations, lui proposa de financer son activité afin de passer à la vitesse au-dessus.

Tout va très vite. La société Canaima a créé l’atelier Un2Plus à Mudaison l’an dernier.

Sa gérante gère la partie commerciale, quant à Nathalie Kann, elle crée de jour comme de nuit. Elle donne tout, passionnée.

Les bracelets séduisent. Après quelques mois d’existence, le stand de Bijorhca à Paris est déjà réservé, ici on voit les 1234850_727397657286338_1778603266_nchoses en grand…mais tout n’est pas « clean », certains papiers ne sont pas à jour malgré les relances de la créatrice.

Le jour du départ pour la capitale, catastrophe! Nathalie Kann, la créatrice, est accusée de vol et virée par la direction sans aucune PREUVE.

 

 

 

 

431871_661086267250811_1755179189_n

 

Aujourd’hui, la situation est inimaginable.

La société Un2Plus continue à fabriquer et à vendre ses bracelets.

Et pour elle, l’essence du concept est coincée.

Licenciée sans aucun papier pour aller s’inscrire au pôle emploi, aucune d’indemnité de licenciement, la vente de sa marque n’a toujours pas été réglée…

Et elle n’a plus le droit d’exploiter ses propres créations antérieures à la création de cette entreprise.

Aujourd’hui (20/03/2014) convoquée à la gendarmerie qui a jugé que la justice fera la lumière sur cette escroquerie, Nathalie Kann, la seule créatrice des bijoux Un2Plus, a décidé d’agir.

 

Nathalie Kann commencera une grève de la faim, lundi 24/03/2014 à 8 heures devant les locaux de la société Un2Plus. ZAE du bosc, route de Baillargues, 34130 Mudaison.

 

……………………………………………….

Contrat avec Un2Plus

Au début, en auto-entreprise, créatrice des bijoux : Un2Plus By N.K

Madame Rochet Hélène était cliente à titre personnel. Très vite, elle m’a demandé d’obtenir des tarifs distributeurs et d’acheter mes créations en grande quantité afin de les revendre à son entourage.

Vu le succès remporté par ses ventes, Monsieur Rochet (son mari) a souhaité me rencontrer pour faire un audit financier dans le but de développer la marque.

 

Juin 2013: PROPOSITION:

 

Rachat de mon auto-entreprise par 4 investisseurs

(Projet d’investissement : 200 000€)

Je cédais la marque pour un certain montant

Je devenais créatrice salariée de la société

Je bénéficiais de 20% de parts dans la société

 

Aout 2013: SIGNATURE DU CONTRAT ENTRE LES PARTIES

 

Décembre 2013: MODIFICATIONS

 

Suite à des problèmes de trésorerie, Mr & Mme Rochet me présentent Mr……,

Intéressé par le projet et potentiellement investisseur de la marque sous la condition de changer le nom qui, selon lui n’était pas adapté à ma gamme de bijoux.

 

Janvier 2014: PROPOSITION DE MODIFICATIONS

 

Intervention d’un publicitaire, les bijoux Un2Plus devenaient les bijoux Esunica

Etant donné que nous étions à 10 jours du salon Bijorhca, il me paraissait absurde de se présenter sur le salon avec un nouveau visuel, d’autant plus que j’avais perçu à cette date, un tiers du montant de la vente de ma marque et que je n’avais toujours pas les documents attestant qu’on me devait les deux tiers restants.

 

21 Janvier 2014: CONVOCATION REUNION D’ACTIONNAIRES

 

Lors de cette réunion, Madame Rochet m’a accusé du vol d’un bijou. J’ai alors spontanément nié ce délit et lui ai proposé de fouiller mon sac, chose qu’elle a refusé de faire, préférant fouillant celui des salariées de l’atelier.

 

La réunion débute enfin et plusieurs points sont évoqués avant d’aborder ma demande de légaliser ma situation avant le départ pour le salon.

En conclusion, je devais recevoir avant le lendemain, un e-mail confirmant qu’ils étaient bien redevables de cette somme mais que la société, à ce jour, n’avait pas les moyens de me la régler et que je serais prioritaire dès que la situation financière le permettra.

 

Le lendemain à 8H, j’appelle Mme Rochet pour l’organisation de notre départ et lui souligne que je n’avais toujours pas d’ e-mail!! Elle me répond que cela n’allait pas tarder.

 

9H30, Madame Rochet me téléphone et m’annonce une mise à pied, pour le vol de 51 bijoux.

Il est important de noter que la veille au soir (témoin à l’appui), Mme Rochet avait emballé tout le stock de bijoux dans le coffre de sa voiture!

 

J’ai très vite reçu ma lettre de licenciement pour faute grave sans indemnités de préavis.

 

Mon contrat comportait une clause de droit à la propriété intellectuelle (défendable selon mes avocats mais procédure longue et coûteuse)

 

CONCLUSION:

Je n’ai plus la propriété de mes créations.

 

Je suis interdite d’exercer mon activité de créatrice.

 

Je ne perçois toujours pas le chômage car les documents réclamés à Mme Rochet ne sont pas fournis.

 

Je n’ai pas perçu les deux tiers des montants de la vente de ma société.

 

J’ai frôlé la garde à vue.

 

Je demande que justice soit faite.

1801217_837203836305719_920799437_o

Jean-Luc Lahure, mail: jeanluc10@live.fr

 

Je retrace cette affaire comme elle m’a été livrée par Nathalie Kann.

Bien sûr, la société Un2Plus a un droit de réponse.

 

Par Jean-Luc LAHURE (écrivain-poète)

 

 

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*